Premier League : Liverpool bat Crystal Palace et se rapproche du titre

Face à Crystal Palace, à domicile, l’occasion était belle pour le Liverpool de Jürgen Klopp de faire un pas de plus vers le titre. Les Reds, auteurs d’un nouveau récital offensif, n’ont pas manqué leur cible (4-0).

La leçon : Quand il ouvre le score, Liverpool gagne
Cinq points et un trio. Au coup d’envoi l’équation était simple, pour les Reds d’un Jürgen Klopp qui pouvait de nouveau associer Mohamed Salah à Sadio Mané et Roberto Firmino. Elle l’est devenue un peu plus encore au moment où Wilfried Zaha a dû se résoudre à quitter ses coéquipiers, victime d’un problème musculaire. Au quart d’heure de jeu et peut-être encore davantage qu’au coup d’envoi, on imaginait mal le Crystal Palace du revenant Mamadou Sakho empêcher Liverpool de se rapprocher à deux petits points du titre. Mais alors que l’on pensait que la différence se ferait dans le jeu, l’ouverture du score des pensionnaires d’Anfield est intervenue sur coup de pied arrêté. Et de quelle manière ! D’un sublime coup franc, Trent Alexander-Arnold renouait le fil de sa saison après un match de reprise compliqué dans le derby de la Mersey et permettait à ses coéquipiers de véritablement rentrer dans leur rencontre (1-0, 23e). Dans la foulée, Jordan Henderson touchait le poteau (32e) et une bonne frappe de Georginio Wijnaldum (36e), flirtait avec la cage de Wayne Hennessey, titulaire d’un soir. Deux sommations avant que Mohamed Salah ne double la mise au meilleur – ou au pire, c’est selon – des moments (44e) pour ce qui représentait le 100e (!) but des locaux cette saison.

La suite ? Une formalité. Mais pouvait-il en être autrement pour une équipe qui a cette saison remporté 100% des rencontres durant lesquelles elle a ouvert le score ? Fidèle à ses habitudes et quand bien même cela s’apparentait davantage à du handball, ce mercredi soir, Liverpool pouvait tranquillement gérer la suite des opérations. À l’image d’un Fabinho tout en contrôle mais capable de dépasser ses fonctions au moment de définitivement plier l’affaire. D’une frappe aussi puissante que précise depuis les 25 mètres, le Brésilien corsait un peu plus l’addition (3-0, 55e). À l’image d’un Mané tout heureux d’hériter d’une merveille de passe décisive de Salah pour inscrire son 15e but en Championnat (4-0, 69e), aussi. L’occasion pour Klopp de faire tourner et pour nous de mesurer un peu plus encore ce qui sépare cette saison les joueurs de l’Allemand du reste du Royaume. Y compris lorsqu’Anfield sonne malheureusement creux.
Le gagnant : Fabinho, c’est de la frappe
Face à Everton et malgré la piète prestation collective des siens, le Brésilien avait surnagé. Contre le Palace de Roy Hodgson, la sentinelle a carrément survolé les débats. À tel point que le football paraît parfois presque trop simple, pour l’ancien monégasque. Le but qu’il a inscrit en témoigne, du reste. Sur l’action, tout s’est passé exactement comme si Fabinho avait décidé de s’offrir un extra, après une prestation plus propre que propre. Une réalisation qui n’était pas sans rappeler celle qui l’avait inscrite face à Manchester City, en novembre dernier. Deux frappes qui compteront, à l’heure du bilan.
Le perdant : La concurrence peut s’accrocher
Un derby de la Mersey laborieux et ça repart ! Klopp lui même s’était fait la remarque en début de semaine : si son Liverpool possédait un peu plus de 20 points d’avance sur ce Manchester City là, c’est qu’il avait dû réaliser quelques belles choses cette saison. En réalité, c’est le moins que l’on puisse dire. Après avoir balbutié son football sur la pelouse de Goodisson Park, les Reds viennent de rappeler à tout le monde que s’ils avaient fait main basse sur le Royaume, cela ne devait rien au hasard. Et si cette saison est pliée, on souhaite bien du courage à quiconque voudra déloger Salah et sa bande de leur trône lors du prochain exercice. – T. P.

francefootball.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *