Entendu sur le fond dans l’affaire de la Range Rover volée : Waly Seck se lave plus blanc que neige

L’étoile montante de la musique sénégalaise, Waly Balago Seck s’est lavé à grande eau, le lundi 31 octobre 2016, lors de son audition sur le fond par le juge du deuxième cabinet, Yakham Lèye dans l’affaire de faux qui lui vaut son placement sous contrôle judiciaire pour faux et usage de faux.

Le célèbre chanteur Waly Balago Seck a été auditionné avant-hier, lundi 31 octobre 2016, dans le fond, par le juge du deuxième cabinet Yakham Lèye, qui l’avait inculpé et placé sous contrôle judiciaire pour complicité d’association de malfaiteurs, faux et usage de faux le 28 septembre 2016. L’affaire concerne un réseau bien huilé de trafic de véhicules volés depuis l’Europe et revendus au Sénégal, qui a été démantelé par la Division des investigations criminelles (Dic).

De sources proches du dossier, le fils de Thione Seck, en toute discrétion, est arrivé au Palais de justice Lat-Dior vers 9 h. Il a été auditionné de 10 h à 12 h 30. Face au magistrat instructeur, il s’est lavé à grande eau. Waly Seck a soutenu qu’il n’a rien à voir avec ce réseau ni même avec les faux documents. C’est en toute bonne foi qu’il a vendu le véhicule Range Rover, incriminé qu’il a acquis des mains de son ami Ibou Touré. Il avoue n’avoir pas pris la précaution de se faire établir un acte de vente au moment de la transaction. Ainsi, lorsqu’il a entendu parler de cette affaire de Range Rover, il se trouvait au pays de l’Oncle Sam et a, sans tarder, demandé à des membres de sa famille à Dakar de restituer à Pape Niang son argent et d’amener la voiture à la Dic. Dans cette affaire de faux, il n’avait aucun intérêt et n’a en réalité vendu la Ranger que parce que Pape Niang a insisté. Il est à rappeler qu’Interpol a joué sa partition dans ce dossier aux ramifications internationales. Les présumés suspects Pape Massaly Niang et Baye Fall ont déjà été auditionnés.
Des rumeurs sur un mandat d’arrêt contre Waly Seck ont circulé, mais en fin de compte, le jour de son inculpation et placement sous mandat de dépôt, croyant qu’il incombait au juge de convoquer ses conseils, il s’est présenté seul, au cabinet du magistrat instructeur.

Une affaire qui promet encore des rebondissements.

L’As

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *