Affaire Déesse Major : les ONG « arrêtent » le Procureur ; l’artiste parle

Depuis l’éclatement de cette affaire, les ONG « arrêtent » le Procureur et s’indignent de l’arrestation de l’artiste Déesse Major.
Suite à la sorte incendiaire d’Alioune Tine, directeur Afrique d’Amnesty international, c’est Seydi Gassama qui a sonné l’alerte et exigé immédiatement la libération de l’artiste. Les Ong ont simplement jugé légers les faits avancés et appelés le Procureur à identifier les véritables causes du mal. Cette double sortie sonne comme un rappel à l’ordre à l’endroit des autorités de la justice. En effet, People.sn constate qu’au regard du contexte, et selon la teneur des accusations, cette arrestation traduit plutôt un acharnement et ne peut en aucun cas avoir d’impact dans la déperdition des moeurs au Sénégal. L’évolution de la situation d’ici lundi matin date de la fin de sa garde à vue, déterminera la réaction à adopter pour les défenseurs des droits de l’homme qui évitent que ce soit la porte ouverte à la chasse aux sorcières.
Déesse Major brise le silence en garde à vue : « Je me défendrai seule… »
Consciente qu’un vaste élan de soutien à son endroit s’est propagé depuis son arrestation, la rappeuse Déesse Major garde le moral et compte se défendre devant le juge sans baisser la tête. Du fond de sa cellule, l’artiste reste consciente que son sort se joue en ce moment, mais elle reste digne et quitte avec sa conscience. Une source de People.sn proche d’elle nous confie qu’elle a déclaré : « Je me défendrai seule… pour prouver au monde entier que ces accusations ne tiennent sur rien .»
Cent commentaires…
people.sn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *