ABSENCE DE FORMATION, MISE EN SCENE, JEU D’ACTEURS… – LE DESTIN TRAGIQUE DU THÉÂTRE SÉNÉGALAIS

Les puristes tiennent à ce qu’on appelle ‘’théâtre’’ ce qui se joue sur scène et non les pièces filmées. Ils exigent que ces dernières portent le nom ‘’dramatique’’ ou ‘’théâtre filmé’’ ou encore ‘’téléfilm’’, même si dans la conscience populaire sénégalaise cela reste du théâtre. ‘’Le théâtre, c’est sur la scène. Dès qu’on sort de ce cadre, ce n’est plus du théâtre’’, ne se lassent-ils de répéter.

Mais les choses n’ont pas changé. Surtout que ce sont désormais certains de ces comédiens parmi les puristes que l’on retrouve sur les scènes et les écrans de télévision. Difficile, dans ces conditions, de faire la différence entre ‘’le théâtre’’ et le ‘’téléfilm’’. Aussi, ce sont les mêmes qui défendent et critiquent à la fois les deux genres qu’ils tiennent tellement à distinguer l’un de l’autre.

 Dans ce dossier que vous propose EnQuête, l’on  y évoque  des questions liées au quatrième art, telle que la qualité des productions soumises à l’appréciation du public. On parle également du foisonnement des séries sur les chaines de télévisions locales ainsi que des conditions de vie difficile de certains comédiens sénégalais, avec parfois même une fin tragique.

actunet.sn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *